Une manche à air, qu’est-ce que c’est ?

Manche à air

Avez-vous déjà aperçu ce drôle de tissu flottant dans les airs ?

Mais de quoi s’agit-il ? Et comment l’utiliser ?

Il s’agit d’une manche à air qui est un dispositif destiné à indiquer non seulement la direction du vent, mais aussi (contrairement à la girouette) une estimation de sa vitesse.

Elle est constituée d’un mât, auquel est attaché un manchon conique en tissu, composé de cinq anneaux alternant trois rouges et deux blancs. Chacune de ces bandes de couleur, lorsqu’elle est gonflée par les vents, correspond à environ 5 nœuds (environ 9 km/h) ; le manchon est donc à l’horizontale lorsque le vent souffle à plus de 25 nœuds (environ 45 km/h). Cela donne une estimation de la vitesse du vent.

Ses dimensions sont déterminées par la distance à partir de laquelle elle doit être vue. Elle doit être fabriquée en textile technique, certifié par l’IFTH (L’Institut Français du textile et de l’habillement), avec des coloris normalisés rouge / blanc. Elle offre une excellente résistance face aux intempéries et aux rayons UV.

Tissu drapeau avec un minimum de 150 g/m². Homologué STNA (Service Technique de la Navigation Aérienne) et OACI (Organisation Civil de l’Aviation Internationale). Ce tissu doit avoir subi les tests de longévité et être Certifié par le STNA et l’OACI.

C’est un Tissu Polyester résistant aux ultraviolets. En maille 3 fils tressée, environ 150 g/m². Haute résistance à la déchirure, inerte à l’humidité, résiste aux moisissures.

Venez donc découvrir notre sélection de manches à air sur notre site seton.fr

Et soyez en conformité avec la réglementation en vigueur :

“Les installations industrielles, dans le cadre de la réglementation sur les installations classées (dont les sites classés Seveso*), doivent mettre en place un dispositif indiquant la direction du vent. (Instruction du 4/9/1970, circulaire du 24/7/72) ministère chargé de l’environnement.”

Déborah BOGAERT, Chef de produit

*Il s’agit d’un site qui répertorie des zones industrielles dangereuses utilisant des produits chimiques, des gaz ou des produits explosifs. Il existe en France 1.161 sites classés Seveso. L’État protège le site afin de prévenir les incidents. Ils doivent faire l’objet d’une protection stricte. Pourquoi ce terme ? Seveso est une ville de Lombardie qui, le 10 juillet 1976, a connu une catastrophe industrielle majeure : un nuage de dioxine s’est répandu après l’explosion d’une usine chimique. L’État avait mis du temps à réagir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *