La lutte contre le tabagisme en France

tabagisme2

A partir du 1er octobre 2017, le vapotage sera interdit dans les établissements scolaires, les transports et les lieux de travail. A cette occasion, l’équipe de Seton, spécialiste des panneaux et pictogrammes, a mis en couleurs les dates historiques de la lutte contre le tabagisme en France et rencontré Emmanuelle Béguinot, Directrice du Comité National Contre le Tabagisme (CNCT).

LES LOIS CONTRE LE TABAGISME EN FRANCE

Si le tabac fut longtemps utilisé à des fins médicinales les siècles précédents, le tabagisme est aujourd’hui la première cause de décès évitable en France. Selon les dernières estimations de 2013, 73 200 décès étaient liés au tabac, soit plus de 13% des décès enregistrés la même année.

La lutte contre le tabagisme est donc un défi pour les gouvernements afin de préserver des vies : que ce soit en évitant que des jeunes ne se mettent à fumer ou en aidant les fumeurs à arrêter de fumer. Retour en couleurs sur les principales lois françaises contre le tabagisme.

hitorique-lutte-tabagisme-hd

De nombreuses dates jalonnent l’histoire de la lutte contre le tabagisme en France, mais certaines l’ont particulièrement marquée comme :

  • la « loi Veil » du 9 juillet 1976, premier grand texte de lutte contre le tabagisme en limitant la publicité et les partenariats des industriels du tabac, interdisant de fumer dans les hôpitaux et lieux accueillant des mineurs et en imposant la mention « Abus dangereux » sur les paquets.
  • la « loi Evin » qui vient renforcer la loi Veil en janvier 1991 avec des mesures telles que l’interdiction de fumer dans les locaux à usage collectif, la publicité directe et indirecte en faveur du tabac, toute distribution gratuite et la vente aux moins de 18 ans.

De multiples facteurs entrant en jeu, il n’est pas toujours évident de mesurer les impacts de toutes les mesures adoptées. Cependant, des initiatives telles que le « Plan Cancer » 2003-2007 et l’augmentation de plus de 40% du prix du paquet en 14 mois ont eu un impact notable sur les ventes (le nombre de cigarettes vendues passant de 82 milliards en 2002 à 58 milliards sur la période 2004-2005).

tabagisme

Le saviez-vous ? En 2016, près d’1 Français sur 4 (de 15 à 75 ans) avait déjà essayé la cigarette électronique selon Baromètre santé 2016. Même si la cigarette électronique ne contient pas de tabac et est une solution efficace pour arrêter de fumer, son utilisation rappelle celle de la cigarette classique et banalise l’acte de fumer.
La nouvelle législation sur l’interdiction de vapoter dans certains lieux collectifs vise donc à protéger les jeunes d’entrer dans le tabagisme par la cigarette électronique et à lutter contre la banalisation de toute forme de cigarette, comme l’explique l’INPES.

« Même si ces lois sont décidées au niveau national, elles sont toujours associées à une implication de la société civile. Une loi peut être votée mais ne pas être appliquée… C’est par exemple le cas de l’interdiction de vente aux moins de 18 ans de 2003 : on observe aujourd’hui 2 tiers de non-application car les buralistes sont très rarement contrôlés et punis. », nous expliquait Emmanuelle Béguinot, Directrice du Comité National Contre le Tabagisme (CNCT), soulignant l’importance de l’implication de la société civile dans la lutte contre le tabagisme.

LE COMBAT CONTRE LE TABAC EST A POURSUIVRE

En 2016, plus d’1 Français sur 3 fumait et près d’1 Français sur 4 avait déjà expérimenté la cigarette électronique (source).

« Lutter contre le tabagisme est un chantier considérable avec de nombreux niveaux d’action. Cependant une hausse des taxes appliquée à l’ensemble des produits du tabac, complétée d’un accompagnement social dans le sevrage restent les mesures les plus efficaces. » analyse Emmanuelle Béguinot, Directrice du CNCT.

En effet, 60% des fumeurs déclarent souhaiter arrêter de fumer mais le sevrage est très difficile. Des initiatives gouvernementales favorisent d’ailleurs le sevrage comme la hausse du forfait des substituts nicotiniques, le « Moi(s) sans tabac » ou une nouvelle application sur smartphone.

Le saviez-vous ? Si certains pensent que le tabac rapporte à l’Etat grâce aux taxes (10,5 milliards d’euros) et aux retraites non versées du fait de la mort prématurée (0,85 milliard d’euros), il n’en est rien ! En 2015, le tabagisme coûtait à l’Etat français 13,8 milliards d’euros à cause du coût des soins pour les maladies liées au tabac et des dépenses publiques de répression et de prévention (source).

Hausse des taxes, accompagnement social, prévention, combat contre le mythe de la cigarette, paquet neutre… de nombreux leviers d’action existent mais nécessitent cohérence et constance dans le temps.

LA LUTTE CONTRE LE TABAGISME DANS LE MONDE

Si les mesures contre le tabagisme se prennent essentiellement à l’échelle nationale, il existe un traité international : la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. Ce traité international, entré en vigueur en 2005 après avoir été signé par 168 pays et ratifié par 180, est un instrument important dans la lutte anti-tabac car il regroupe des mesures efficaces et concrètes à mettre en place. Lobbying, réduction de la demande, tabagisme passif, emballage, publicité, dépendance… les bonnes pratiques et lignes directrices concernent tous les domaines pour réduire la consommation de tabac.

Le saviez-vous ? En combinant plusieurs mesures radicales comme l’augmentation du prix du tabac, le paquet neutre, l’interdiction stricte de fumer dans certains lieux, etc., certains pays ont vu chuter leur nombre de fumeurs :

  • Irlande : le taux de prévalence du tabagisme en Irlande est passé de 29% en 2004 à 18,6% en 2016. L’objectif c’est une « Irlande sans tabac » en 2025 (moins de 5% de fumeurs).
  • Australie : en plus du paquet neutre depuis 2012, le gouvernement souhaite augmenter chaque année le prix du paquet de 12,5% (le paquet coûtant actuellement 16,8€). Le taux de prévalence du tabagisme en Australie est passé de 16,1% en 2012 à 14,7% en 2015. Le but est d’avoir moins de 10% de fumeurs d’ici 2018.

De nombreux autres pays envisagent même à terme d’éradiquer le tabagisme de leur pays et de connaître bientôt des « générations sans tabac ».

« Mon objectif est que la génération qui naît aujourd’hui soit la première génération sans tabac », écrivait Agnès Buzyn, actuelle Ministre des Solidarités et de la Santé, dans son programme. La Ministre souhaite également « augmenter rapidement et fortement, dès 2018, le prix du tabac », ce qui laisse prévoir de nouvelles lois et mesures dans un futur proche…
Partagez vos réactions ou commentaires sur Twitter ou Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *