Nous contacter

Devis rapide

Mon Panier (0)

Gilets et Bouées de sauvetage pour les quais

Besoin d'aide ? Besoin d'aide ? Quel matériel de sauvetage aquatique est requis ? Pour certains domaines d’activités aquatiques comme les piscines, clubs nautiques ou encore les lieux de travail maritimes comme les quais de déchargement, il est nécessaire d’avoir du matériel de sauvetage aquatique pour pallier à une éventuelle urgence. Le gilet et la bouée de sauvetage, ainsi que la signalisation et la délimitation des zones entre autres sont indispensables si vous voulez être en capacité de sauver une personne risquant de se noyer sur les lieux tout en prévenant des risques potentiels.

38 article(s)

Filtrer Trier

Grille Liste

Filtrer :
Matériau  
Polypropylène(14)
PVC(9)
Polyéthylène(4)
Aluminium(2)
Acier(1)
Acier inoxydable(1)
Mousse de polyéthylène(1)
Polyester(1)
Polyester/Mousse de polyéthylène(1)
Fixation  
Murale ou sur poteau(13)
Ruban adhésif double face(7)
A visser(1)
Prix  
moins de 20€(10)
20€ - 60€(10)
60€ - 70€(8)
70€ - 80€(2)
plus de 90€(8)

Lors d’une opération maritime ou d’un travail en milieu aquatique, il est important d’avoir l’arsenal nécessaire pour pouvoir venir en aide à une personne en danger en mer ou dans l’eau.

Quel est le matériel de sauvetage aquatique nécessaire ?


Le gilet de sauvetage

Le gilet de sauvetage est l’incontournable, c’est l’atout principal lorsqu’une personne est en train de se noyer : la personne équipée de ce gilet gonflable est maintenue à la surface et garde la tête hors de l’eau. Ce qui lui permet de continuer à respirer en attendant l’arrivée des secours ou d’une aide extérieure.
Lorsqu’un gilet a été utilisé une fois, il est nécessaire de le recharger en gaz à l’aide de la recharge pour gilet, vérifiez également au préalable que votre gilet de sauvetage ne soit pas troué et soit bien prêt à l’emploi.

La bouée de sauvetage

Si la personne en danger dans l’eau n’a pas de gilet de sauvetage sur elle, il vous est toujours possible de lui lancer une bouée de sauvetage afin qu’elle s’en saisisse et soit maintenue à la surface. Ainsi, sa respiration peut également continuer. Sachez que la bouée de secours Silzig peuvent secourir des personnes inconscientes.
Il est impératif de les placer près des zones d’eau, au niveau des murs ou des rambardes adjacentes. De ce fait, les bouées couronnes sont prêtes à l’emploi et peuvent servir rapidement en cas de besoin.
Si vous n’avez pas de bouées de sauvetage, il existe également l’alternative du coussin flottant de secours pour sauver une personne de la noyade

Les panneaux maritimes

Lorsqu’il existe un danger, en mer ou dans une zone maritime ou aquatique, il est nécessaire de l’indiquer via des panneaux maritimes pour avertir le public et les travailleurs d’un possible danger. En apposant un panneau proche de la zone dangereuse, l’avertissement est on ne peut plus clair grâce à la clarté des logos et du message texte.
Si vous avez peur de perdre vos clés dans l’eau, munissez-les d’un porte clés flottant, vos clés restent à la surface grâce à sa boule de liège.

Les lignes d’eau

Equipez-vous de lignes de sauvetage, elles peuvent à la fois servir pour délimiter une zone à risques ou à ne pas franchir, mais peut également servir d’appui pour une personne ayant du mal à nager. Si vraiment la personne a trop de mal à se maintenir à la surface, et que vous n’avez pas de bouée ni de gilet de secours, pensez à lui tendre la gaffe téléscopique pour la tirer vers le rivage ou vers la terre ferme.

Informations complémentaires


Lors d’une opération périlleuse, en cas d’impossibilité d’intervenir, pensez à garder vos objets importants dans un baril étanche, comme des aliments de survie par exemple.
Pour donner une éventuelle alerte en milieu maritime, il est nécessaire d’avoir votre corne de brume sur vous, peu encombrante, elle ne vous gênera pas. Toutefois, veillez à bien connaître la signification des alertes.

La corne de brume permet de donner différentes alertes, certaines indiquent les manoeuvres en cours exécutées par d’autres bateaux :

- Un son bref : le bateau vire à tribord (à droite).
- Deux sons brefs : le bateau vire à bâbord (à gauche).
- Trois sons brefs : le bateau bat en arrière.
- Deux sons prolongés puis un ou deux sons brefs : le bateau dépasse celui qui se trouve devant (ce dernier donne son accord avec un son prolongé, puis un son bref, puis un son prolongé, puis un son bref)
- Cinq sons brefs : le bateau a des doutes sur l’intention ou la manoeuvre d’un autre bateau.
D’autres doivent obligatoirement être connues puisqu’elles sont effectuées par temps brumeux, lorsque la visibilité est réduite :
- Un son prolongé toutes les deux minutes : un navire en transit avec un moteur ayant de l’erre n’est pas loin.
- Deux sons prolongés séparés par un intervalle de deux secondes : un navire à moteur est en route mais est à l’arrêt et sans erre. (combinaison répétée toutes les deux minutes).
- Un son prolongé, puis deux sons brefs : un bateau a peut-être perdu le contrôle (combinaison répétée toutes les deux minutes).
- Un son prolongé, puis trois sons brefs : un navire remorqué est non loin (combinaison répétée toutes les deux minutes).
- Un son bref, puis un son prolongé, puis un nouveau son bref : un navire au mouillage veut indiquer sa position ou prévenir d’un risque d’abordage avec un autre navire à proximité.

Il est important de connaître la signification de ces manoeuvres. Pour information, un son bref dure environ une seconde, alors qu’un son prolongé dure entre quatre et six secondes.

Afin de vous proposer le meilleur service possible, Seton utilise des cookies. Fermer