Signaler et sécuriser les escaliers à l'égard des handicapés |

Signaler et sécuriser les escaliers à l'égard des handicapés

 

Les escaliers doivent pouvoir être utilisés en sécurité par les personnes handicapées y compris lorsqu’une aide appropriée est nécessaire.

De nombreuses personnes à mobilité réduite mais ne se déplaçant pas en fauteuil roulant peuvent être amenées à emprunter un escalier même s’il existe un ascenseur (par exemple en cas de panne de celui-ci). Pour celles-ci comme pour celles atteintes de déficience visuelle, il est important que l’escalier présente des caractéristiques d’accessibilité et de sécurité minimales (marches correctement dimensionnées, mains courantes bien conçues, dispositif d’éveil de vigilance en haut de l’escalier, etc.).
Ses dimensions permettent qu’une personne en fauteuil roulant puisse y être portée, pour rendre des visites, ou suite à une immobilisation temporaire.

Quelles sont les caractéristiques à respecter ?

 

Les escaliers ouverts au public, quelle que soit leur conception, doivent comporter une main courante de chaque côté.
La largeur minimale entre les mains courantes doit être de 1,20 m.

 


Mesures escalier

Toute main courante doit répondre aux exigences suivantes :

  • Etre située à une hauteur comprise entre 0,80 m et 1,00 m.
  • Se prolonger horizontalement de la longueur d'une marche au-delà de la première et de la dernière marche de chaque volée sans pour autant créer d’obstacle au niveau des circulations horizontales ;
  • Etre continue, rigide et facilement préhensible ;
  • Etre différenciée de la paroi support grâce à un éclairage particulier ou à un contraste visuel.
  • Vous pouvez également la signaler avec un panneau iso pour plus de visibilité


Les marches doivent répondre aux exigences suivantes :

  • Hauteur inférieure ou égale à 17 cm ;
  • Largeur du giron (le giron se mesure à l'aplomb du nez de marche ou du plancher supérieur) supérieure ou égale à 28 cm.

Il est fortement recommandé que toutes les marches d'un même escalier aient la même hauteur.

En haut de l’escalier, un revêtement de sol doit permettre l'éveil de la vigilance à une distance de 0,50 m de la première marche grâce à un contraste visuel et tactile.

Les nez de marches doivent répondre aux exigences suivantes :

  • Etre de couleur contrastée par rapport au reste de l’escalier ;
  • Etre non glissants ;
  • Un nez de marche ne pas présenter de débord par rapport à la contremarche.

Lorsqu'un escalier est situé dans un espace de circulation, la partie située en dessous de 2,20 m, si elle n'est pas fermée, doit être visuellement contrastée, comporter un rappel tactile au sol et être réalisée de manière à prévenir les dangers de chocs pour des personnes aveugles ou malvoyantes.

L’accès à cet espace vide sous l’escalier peut être rendu impossible par un aménagement tel qu'une barrière, un banc, des plantes, ou bien que ce volume soit encloisonné.

 

Banc escalier

 

Découvrez notre gamme de produits pour protéger les personnes handicapées dans les escaliers :

Il n'y a aucun produit correspondant à la sélection.

 

Guides et conseils d'experts

Mieux comprendre pour bien choisir

Retrouvez en 1 clic l'ensemble de nos guides pratiques, aides au choix, FAQ ainsi que les dernières nouvelles législatives et HSE.

Voir plus  ›
Guides et conseils d'experts
 

Afin de vous proposer le meilleur service possible, Seton utilise des cookies. Fermer